Pour raffermir le prestige de sa secte, mis à mal par les récents scandales sexuels, le pape François canonise à tour de bras. Il est tellement pressé de « fabriquer » des nouveaux saints, qu’il a même laissé canoniser une intégriste réactionnaire. Les démarches de ce procès avaient été entamées dans la hâte par un de ses prédécesseurs, Jean-Paul Bis.

Cette femme qui claironnait qu’«il y avait quelque chose de très beau à voir les pauvres accepter leur sort» et qui ne cherchait pas à soulager leurs souffrances pour qu’ils se sentent plus près du seigneur allait pourtant se faire soigner dans des cliniques de riches.

On a donc rapidement inventé des pseudos miracles pour précipiter cette canonisation et que les journaux parlent d’autre chose que de l’indulgence des instances catholiques face à la pédophilie de son personnel.

Toujours dans cette optique d’esquive, le Vatican vient d’annoncer une canonisation prochaine qui risque de faire du bruit et donc permettra une nouvelle fois d’éluder pour un temps les sujets qui fâchent.

Le professeur Raoult sera le prochain saint de l’église.

Certes, ce professeur ne ressuscitera que trois jours après Pâques, mais le fait d’avoir rencontré le président Macron fait déjà de lui l’équivalent d’un martyre.

Ce Saint sera célébré un jour après la Saint Glinglin et sera connu sous la dénomination de « St. « Raoult Fatche de Putaing de Chloroquine « ».

Les deux miracles qui seront attribués au savant, sont encore inconnus. Selon notre correspondant à Rome, les autorités vaticanes reconnaissent le caractère miraculeux d’un homme qui a réussi une carrière dans la médecine et a également conservé l’image d’un homme sérieux et compétent, malgré le lourd handicap d’être le sosie de Patrick Sébastien !