«Ce n’est pas tous les jours faciles, mais je m’accroche. Le plus pénible dépend des endroits qu’on me fait visiter, parfois la propreté est limite limite. Le pire, c’est que lorsqu’on ne m’utilise pas, je reste dans un tiroir sombre et froid pendant des jours »