Le drame s’est passé il y a environ 150 000 ans et avait fait coulé beaucoup de peinture et de charbon de bois à l’époque.

Cela s’est passé pendant cette courte période de l’histoire où les néandertaliens et les homo sapiens ont coexisté. Les sources de conflit étaient nombreuses entre les deux races. Les néandertaliens avaient des habitudes de vie que nous jugerions rétrogrades de nos jours. Ils tentaient de faire respecter des soi-disant valeurs et se posaient en unique gardien de la morale. Ils détestaient les homo sapiens, qu’ils jugeait décadents, irrespectueux et blasphémateurs, puisque ces derniers se moquaient de leurs divinités qu’ils jugeaient archaïques et trop nombreuses.

Mais la religion n’était pas la seule source de désaccord entre les deux communautés. Les néandertaliens reprouvaient le mode de vie des homo sapiens, leurs tenues vestimentaires qu’ils jugeaient trop déshabillées, leur système pileux moins abondants, comme si les homo sapiens avaient honte de la barbe de leurs prédécesseurs.

Il était à prévoir que certains fanatiques, qui aimeraient revenir à l’obscurantisme du Moyen Âge de pierre allaient œuvrer pour faire monter les tensions entre les deux camps et tenter de convaincre les plus influençables que le vivre ensemble était impossible.

Et c’est par ce matin de l’an -150 241 avant le fils d’une divinité qui n’existait pas encore, qu’un jeune néandertalien radicalisé passa à l’action et décapita un homo sapiens. Ce dernier avait dessiné une caricature d’un des nombreux dieux des Homo neanderthalensis (était-ce le dieu-pierre, le dieu-bois, ou le dieu qui se cache au fond de la mare saumâtre située derrière la grotte à droite, qu’importe)

Ce drame a suscité une vague d’indignation parmi les homo sapiens et il n’était pas rare à l’époque, de voir dessiné sur les murs des cavernes une série de pictogrammes qui selon un paléontologue renommé, semble vouloir dire  » Je suis Guy » Guy étant selon quelques ´idéogrammes repérés sur une fresque de l’époque,le prénom de la victime; le terroriste répondrait au nom de « Pierre », mais ce ne sont que des suppositions.

Heureusement, l’Homme a évolué, et plus de 150 000 plus tard de telles drames pour des motifs aussi futiles sont impensables.

è