Même si le nom de cette commune pourrait évoquer un lieu situé en Turquie, il n’y aura sans doute jamais de jumelage entre Bugarach et Istanboul.

Bugarach est la ville d’origine de Sylvain Pierre Durif, alias Sylvanus Oriana l’homme vert alias le grand monarche alias le christ Cosmique alias Merlin l’enchanteur.

Istanboul est une grande métropole turc, où est situé le siège de Bekir Hebdo, un journal satirique renommé. Et c’est dans les locaux du périodique que s’est joué le drame. Deux inconnus ont fait irruption dans la salle de rédaction et ont tiré sur les journalistes à coup de Cassoulet au confit d’oie et de cargolade. Ce fut un véritable carnage.

Les deux terroristes, les frères Quoiquesi n’avaient pas apprécié une caricature de leur prophète local parue dans le parodique susnommé. Le journal avait l’habitude de dessiner les prophètes du monde entier, sans jusque là s’attirer les foudres des fous de dieu. Mais c’était sans compter sur le fanatisme des croyants audois.

La population turc est encore sous le choc, et de nombreux hommages affluent de par le monde pour saluer la mémoire de ces martyr de la liberté d’expression. Un hashtag « Je suis Bekir » circule sur les réseaux sociaux. Courageux, Les professeur turcs annoncent qu’ils se serviront de ces caricatures pour faire un cours sur la liberté d’expression. Le président Erdogan a annoncé par voie de presse qu’il soutiendra toujours les caricatures de Pierre Durif, au risque de se fâcher avec l’Aude,voire même l’Occitanie entière. Il remarque au passage que la France n’a pas encore condamné cet attentat.

Il n’y a pas eu de morts, car la religion du Christ Cosmique est pacifique, mais la vue des vêtements des journalistes maculés de cassoulet d’escargot et d’aïoli sont des visions d’horreur, que l’on ne voudrait jamais voir!