On parle beaucoup des certificats de virginité, cette pratique débile dénoncée par le projet de loi contre les séparatismes. Des familles n’acceptent une future belle-fille qu’à la condition qu’elle soit « pure » au moment du mariage. Certains gynécologues acceptent de signer un « certificat de virginité ».

Mais ce document exige un examen préalable, à part pour Mireille Mathieu, à qui on donnerait le bon dieu sans confession et un certificat de virginité sans consultation. les conditions nécessaires « a l’obtention de ce document de merde constitue donc une atteinte à la dignité et à la liberté des femmes, mais essayez de faire comprendre ça à des personnes fanatisées à coup de dogmes religieux fascisants!

De plus, il peut y avoir beaucoup de fraude, certaines femmes ayant recours à l’hyménoplastie, cette opération de reconstruction de l’hymen, pour sauver leur « honneur » (aux yeux de ceux qui imposent ces conditions débiles).

Certains médecins rédigent même des certificats de complaisance, comme ce fut le cas il y a environ 2000 ans, dans la région de Jérusalem. Une femme mariée ayant enfanté aurait reçu un certificat de virginité, sur la base de prétendus témoins nommés Luc et Matthieu. Les écrits relatant cette naissance prétendue miraculeuse datent de plus de 70 ans après les faits.

Elle aurait même bénéficié, presque 1800 ans après, d’un certificat de virginité à vie, alors que l’on ignore presque tous les détails de cette vie, et que d’autres écrits prétendent que cette femme aurait enfanté plus d’une fois.

Cela peut paraître complètement con, mais c’est pris très au sérieux par des personnes, qui d’un autre côté, se gaussent de tribus primitives qui glorifient un rocher, une planète, des groupes d’étoiles dans le ciel ou la nature. Comme dirait Hubert Bonisseur de La Bath: « il serait temps de grandir. »