Alors que plusieurs départements réquisitionnent à nouveau les patinoires pour pouvoir entreposer les cadavres qui s’accumulent, surchargeant les morgue, la Meuse se retrouve en fâcheuse posture.

Le manque cruel de patinoire se fait ressentir.

Pour contrebalancer cette absence, la Meuse autorise les hôpitaux à entreposer les morts dans les congélateurs des Kebabs et des bistrots.

La seule consigne à respecter c’est de mettre un film plastique entre les corps et les aliments pour éviter les contacts directs.