Qu’il est loin le temps où des bombardiers menaçaient par une surcharge de travail les boums et autres super fêtes des étudiants de l’Île du Saulcy de Metz.

Mais les temps ont bien changé et le campus central de Metz est maintenant synonyme de calme, quiétude et bonhomie.

Mais certaines choses sont et restent immuables, et les restaurants universitaires continuent de proposer des ragoûts assez navrants, mais pour pas cher.

Cependant, le riz habituellement servi vient de trouver un nouveau débouché, puisqu’il intéresse les chasseurs lorrains. Dépités par la décision du président Macron d’interdire la chasse à la glu, ce procédé débile qui permet au chasseur de piéger des oiseaux sans bouger son cul, les rusés chasseurs viennent de trouver la parade. Plutôt que d’enduire une branche de gluau, ils déposent quelques grains de riz cuits récupérés dans le restaurant universitaire susdit. L’effet collant est plus intensif et selon les dernières analyses du centre de traitement des déchets nucléaires, le riz du Saulcy est non polluant et biodégradable. Ils exploitent ainsi une faille dans la législation qui ne prévoit aucune sanction pour l’utilisation de produits vaguement comestibles.

Selon la fédération de chasse du Bouchenois, le riz est suffisamment collant pour piéger et retenir une galinette cendrée dans la force de l’âge.