En général, lorsqu’un médicament sort sur le marché, les imitations de ce remèdes sont déjà sur le marché avant la sortie de l’original. Allait-il en être de même pour le vaccin contre la COVID-19, dont les premières doses ont déjà été injectées en Angleterre et aux États-Unis?

A première vue, il semble que les faussaires aient renoncé à copié ces vaccins. Notre journaliste Heudebert de la Biscotte-Dorée a enquêté dans le milieu très fermé des faussaires. Il en ressort que ces derniers ont abandonné leur projet de fabrication d’un faux vaccin, car l’original est en lui-même tellement bidon, qu’une copie n’était pas nécessaire.

Ils préfèrent se concentrer sur la production de faux rouleaux de PQ, une activité plus rentable.