Tous les corps de métiers et commerces tentent de démontrer que leur activité est de première nécessité. n’arrivant pas à se décider, ou plutôt à contenter tout le mode, le gouvernement fait autant de volte-faces que Jul fait de fautes d’orthographe.

Mais le plus surprenant reste le cas des chasseurs, qui ont obtenu une dérogation pour faire mumuse avec leurs fusils. Ils ont argué du fait que leur présence dans la nature était indispensable pour réguler les animaux, et notamment les sangliers qui, si ils prolifèrent pendant le confinement, risquent de causer beaucoup de dégâts sur les sol cultivés. En résumé, le chasseur se pose en dernier rempart entre nous et une hypothétique famine causée par quelques ongulés.

Mais le chasseur, dont le QI est rarement supérieur au calibre de son arme, tente une nouvelle fois de nous prendre pour des cons, puisqu’il omet de nous rappeler qu’il est en grande partie responsable de le prolifération des sangliers sur le territoire. Ils en élèvent eux même en quantité et les relâchent pour leurs battues. Mais comme ils sont plus prompt à tirer sur les humains que sur les bêtes (ils font presque deux fois plus de victimes que le terrorisme, CQFD), ils en épargnent involontairement une grande quantité qui, se reproduisent. De plus, ils aident les sangliers à survivre en leur fournissant de la nourriture et évitent, quand ils ne sont pas trop bourrés , de tuer les femelles. De ce fait, la population est si conséquente, que même les plus myopes et les plus alcoolisés des chasseurs arrivent à tuer de temps en temps un sanglier.

Mais bon, quand on exerce un puissant lobbying, on peut se permettre de prendre les gens pour des cons