Pas complètement satisfaits par les applaudissements qu’il reçoivent chaque soir et par la médaille en chocolat promise pour le 14 juillet, le personnel de santé attend d’autres promesses à l’issu de ce Segur de la Santé qui démarre cette semaine.

Cette vaste concertation est prétendument destinée à améliorer les conditions de travail et les rémunérations de ces personnels, et la prise en charge des malades. Des grands experts de la santé seront consultés pour 7 semaines, à l’issue desquelles le gouvernement annoncera de grandes mesures comme le prolongement des applaudissement au delà de la crise sanitaire actuelle. Christian Estrosi et Ségolène Royal auraient bien aimé participer à cette concertation mais ils sont trop occupés à effacer les 25000 tweets vantant la chloroquine de leurs comptes respectifs.

Mais les médecins, infirmiers et aides soignants devront patienter un peu plus longtemps que les 7 semaines annoncées, puisque selon Édouard Philippe, ce « Segur » est surtout un moyen de préparer un grand «Plan Marshall» à venir, lequel servira de base pour la tenue d’un véritable « Yalta » de la medecine, et qui permettra de former des commissions préparatoires à un grand colloque qui précédera le « grenelle » des soins. Il faudra donc patienter encore quelques années avant que ces consultations sélectives ne débouchent sur du concret.