La course folle du révisionnisme de l’histoire du cinéma continue.

Les ayants droits des films de Charlot ont decides d’effacer numériquement la moustache qui ressemblait beaucoup trop à celle d’un dictateur constipé.