La démocratie américaine échappe aux principes fondamentaux et ne se laisse expliquer que par la physique quantique.Apparemment tout paraît normal. Le gens votent et le résultat désigne le président.

Mais c’est le comptage des voix qui perturbe le système et le fait bifurquer d’un état quantique superposé

Ainsi, Biden n’est ni élu, ni perdant. Il est dans un état de superposition, dans lequel il cumule plusieurs états classiques incompatibles. Il n’y a pas de problème logique (le principe du tiers exclu n’est pas remis en cause), c’est juste qu’un objet quantique peut avoir des propriétés contredisant notre expérience quotidienne.

Biden a donc réussi l’exploit de devenir le premier président selon les principes théoriques énoncés par Schrödinger. Selon le degré de perception et l’influence d’éléments perturbateurs, tels le comptage approximatif et la pression exercée par le connard à moumoute, Biden est et n’est pas président.

Mais il faudrait se dépêcher de résoudre le problème, sinon la question risque d’être. Biden est-il vivant ou mort ? Et si on tarde trop, la question va être vite répondue