Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté, chantait notre regretté poète Guy Béart, qui avait plus de talent que notre Jojo national.

Ces paroles prophétiques trouvent aujourd’hui un écho dans ce qu’il convient de nommer « L’affaire Pernaut »

Suite au coup de gueule passé lors de son JT de vendredi, où il vilipendait le gouvernement et la cacophonie qu’il nous joue depuis le début de la crise sanitaire, des rumeurs de sanctions se sont rependues sur les réseaux sociaux.

Dans une déclaration relayée des centaines de milliers de fois sur Facebook et Twitter, Nicole Belloubet aurait affirmé que les propos de M. Pernaut pouvaient « faire l’objet d’une sanction pénale ».

La citation est inventée de toutes pièces par un site parodique «  Le Journal de l’Elysée », mis qui a été reprise et amplifiée par une horde de nuisibles qui qui n’hésitent pas à vomir leur haine infondée dés qu’on les caresse dans le sens du poil, et qui ne sont pas regardant sur la véracité de l’information.

« C’est faux, mais ça pourrait être vrai » se justifient ces décérébrés qui bénéficient quand même du droit de vote. De nombreux groupes de soutien réunissant des dizaines de millers d’internautes se sont créés sur Facebook (sur la base d’une parodie, sic)

Alors autant rire de ce qui pourrait donner envie de pleurer.

Si vous allez vous recueillir sur la tombe du taulier, faites un détour vers la Guyanne et allez manifester votre soutien à notre présentateur préféré, en chantant devant les portes du bagne :

« Reviens JPP, reviens….. !

Et évidemment: « Taubira démission! »