Le président turc se cherche un ennemi pour regagner la faveur de son peuple, qui lui fait durement payer sa gestion désastreuse du pays. Il avait le choix entre les chinois, qui massacrent les Ouïghours, et les français, qui font des dessins satiriques.

Faisant preuve d’un courage inégalé, il a choisi de s’en prendre aux caricatures de ses sales bouffeurs de grenouilles.

Il a donc rappelé au président Macron, qu’il se mettait au même niveau que le prophète de sa religion, puisqu’il ne supporte ni les caricatures de Mahomet, ni celle sur son auguste personne.

Il a même déclaré récemment:

« Je voudrais que les français me respectent, comme je respecte les minorités kurdes! »

Donc tout va bien, on a encore de la marge!

(photo: Le Point)