C’est un grand soulagement pour les familles qui attendent, parfois depuis des décennies, cette décision de justice.

Le tribunal champenois d’Épernay a enfin statué sur le cas des personnes, qui en visite à Èpernay, on été massacrés par des autochtones après avoir prétendu que Reims était la seule et authentique capitale du Champagne. La justice ordonne que les corps soient enfin remis à leurs familles, afin que celle-ci puissent organiser des funérailles décentes et faire enfin leur deuil.

Cette décision est sans doute motivée par le besoin de faire de la place dans les pourtant spacieuses caves de la cité sparnacienne, où les cadavres s’amoncelaient au fil des ans. Les restes de touristes ignares et de resmois trop audacieux commençaient à prendre trop de place et empêchaient le stockage des nouvelles productions millésimées.

Que les familles ne se fassent pas trop d’inquiétude sur l’état des corps; les caves de la seule et unique capitale du champagne sont réputées pour avoir des conditions idéales de conservation.