La ville de Dijon a retrouvé son calme typique d’une petite ville de province. Après quatre jours de violents affrontements entre des membres de la communauté tchétchène et des habitants du quartier lors d’expéditions punitives.

Depuis vendredi, la situation était devenue explosive et ni la présence de renforts du Raid, ni l’arrivée de Marine Le pen ce lundi n’ont permis de calmer les tensions.

Finalement, Christophe Castaner a déclaré dans un communiqué qu’il comptait envoyer dése demain Bernard-Henri Levy en médiateur, pour régler ce conflit.

10 minutes après cette annonce, les affrontements se sont arrêtés et le calme est revenu à Dijon.

Les guerriers des deux camps se sont précipités dans les voitures qu’ils n’avaient pas encore brûlées, pour quitter la ville et s’éloigner le plus vite possible avant l’arrivée de l’entarté mondain.

Ils ont été suivi dans cet exode par les ¾ des habitants de la villes qui iront se réfugier hors des limites de la région.

On ne sait pas si le philosophe du café de Flore viendra accompagné de sa femme, une venue qui pourrait provoquer la fuite du dernier quart des autochtones.