Le confinement qui contraint tous les français à rester à la maison a des conséquences inattendues. La campagne, les bois, les champs n’enregistre presque plus d’activité humaine et les animaux en ont profité.

Les ours et les loups de la Meuse, qui d’habitudes se cachent au plus profond des forêts sortent des bois et se rapprochent des villes, profitant des cultures abandonnées par l’homme.

De plus en plus rassurés par l’absence d’activité, ils se sont rapprochés jusqu’aux portes de Verdun. Vont-ils pousser leur pérégrinations jusqu’au centre-ville? Seront-ils également prêts à céder le terrain conquis, une fois la crise du Coronavirus terminée? Rien n’est moins sûr, surtout dans la Meuse