Contrairement à ce qui est communément admis par la communauté scientifique, l’homme de Neandertal ne se serait pas éteint 30 000 ans avant notre ère.

Jérémie Lescheck, un anthropologue allemand prétend que cette espèce aurait survécu et continuerait de vivre dans la Meuse, une région très reculée où l’homme moderne ne met que rarement les pieds.

Ce savant n’aurait pas observé lui-même ces spécimens, mais il se base sur les récits de voyage d’un jeune ingénieur allemand, Mr. Vinzenz G., qui aurait passé quelques semaines dans ce territoire aride.

Vinzenz G. s’est rendu dans cette région pour des raisons professionnelles. Naïvement, il s’y était même rendu avec enthousiasme, car le mot « Möse » (écrit autrement mais avec la même prononciation) évoque pour un allemand, un lieu agréable, que ne renierait pas la bite d’un candidat à une élection municipale capitale.

Malheureusement, une fois arrivé dans la région, le jeune déchanta. La région, assez difficile d’accès était peuplé par des autochtones frustes et hirsutes qui éructaient des onomatopées incompréhensible du genre « Bande de mange-merde » ou « v’la t’y pas qu’y patauge dans la gadouille »

Piqué au vif par l’accueil reçu et accessoirement les fourches dont son armés ces sauvages,

Vinzenz G. fit par de ses observations a l’antropologue Jérémie Lescheck.

Ce dernier, en analysant les différentes photos, ainsi que les notes du jeune ingénieur a acquis la certitude que ces sauvages seraient les dernier Neandertals de la planète, une espèce que l’on croyait éteinte depuis 30 000 ans, et remplacée par l’homo-Sapiens.

Nous recommandons aux touristes et autres amateurs de sensation fortes, d’éviter de se précipiter à la rencontre de cette ethnie, car nous ne savons rien des coutumes de ces sauvages, qui pourraient prendre d’un mauvais œil cet intrusion dans leur territoire. Un délégation scientifique tentera prochainement de prendre contact avec ces gens, et de les amadouer avec des gameboys et autres cadeaux bonux, qui ne manqueront pas d’émerveiller ces êtres frustes.