Je ne sais pas ce que les Nantais ont fait au président du FCN Waldemar Kita, mais il leur fait rudement payer.

Après avoir nommé Pascal Praud comme directeur général en 2008, fonction qu’il a quittée en 2010 après avoir essuyé une pluie de critiques, le président du club phare de la Loire-Atlantique a décidé d’engager Raymond Domenech comme entraîneur.

Raymond qui il faut le reconnaître, a plutôt bien géré sa carrière d’entraîneur depuis le fiasco de Knysna, puisqu’il n’avait plus entraîné depuis. Il va pouvoir rebondir et apprendre aux défenseurs nantais à faucher les attaquants adverses, ce qui constituait sa principale qualité en tant que joueur.

Mais les journalistes sont contents, ils vont pouvoir commenter allègrement les réponses du nouvel entraîneur à la presse, au lieu d’ignorer ce type qui, avec ses sorties, pense faire ce qu’on appelle de la communication, et qui n’est qu’une manière de prendre les gens pour des cons. Mais les journalistes sportifs aiment bien débattre, même quand il n’y a rien à dire. Si ils avaient jadis boycotté les conférences de presse de ces « pros » de la communication style Aulas et Domenech, au lieu de guetter leurs moindres soupirs, ils auraient fait bouger les choses, mais il faut bien qu’ils alimentent, même si ce n’est qu’avec du vent, les nombreuses heures d’antenne que leur accordent leurs employeurs.

Il ne manque plus que Kita nomme Anelka comme entraîneur adjoint et on aura la totale.

2020 est vraiment une année de merde, mais pour les nantais, c’est l’apocalypse.