N’y voyez pas une moquerie, juste le souvenir d’une époque, où cet homme impassible dirigeait la meilleure équipe de foot de France. Le souvenir de celui qu’on a surnommé le Sphinx et qui nous impressionnait toujours lorsqu’il était interviewé.

Loin des abrutis d’aujourd’hui qui basent leur réputation sportive plus sur le buzz que sur leurs compétences et qui confondent foutage de gueule et technique de communication. Mais ne tombons pas dans le « C’était mieux avant », puisque c’était aussi l’époque de la fameuse « caisse noire ».

Mais on gardera le souvenir de cette tignasse improbable de « Jackson Five » roux. RIP Robert.