En pleine épidémie de coronavirus, les savants du monde entier tente de comprendre les modes de propagation de cette bactérie.

Il semblerait qu’un groupe de population possède des gènes qui, selon un collectif de savants catholiques, seraient susceptibles de favoriser la propagation du virus.

Ce groupe de population seraient les roux. Le génome Rouquemoute serait légèrement différent de celui des gens normaux, et un taux de carotène élevé fait de l’organisme du roux une terre d’accueil favorable au virus.

Le gouvernement n’a encore annoncé aucune restriction pour les personnes concernées, mais avoue envisager un plan de confinement, où tous les roux seraient mis en quarantaine dans une région peu peuplée que l’on pourra facilement évacuer de ses habitants normaux (si toutefois on en trouve). Des repérages dans des petites villes de la Meuse ont déjà été effectués en prévision d’une éventuelle application de ce plan d’urgence.

Mais un collectif de meusien rejettent la perspective d’accueillir des roux dans leur région.

Ils étaient même prêt à enfin consentir enfin la construction d’un centre d’enfouissement des déchets radioactifs, à condition que l’on ne leur impose pas la présence de rouquins.

L’OMS tient cependant à rappeler que la proximité de roux ne met pas votre vie en danger tant que vous respectez certaines précautions. Si vous en croisez un, ne lui parlez pas, et courez vous plonger 10 secondes dans une baignoire remplie de solution hydroalcoolique. Ça n’augmentera pas vos chances de survie, mais ca fera au moins marrer vos proches.