On n’est jamais trop prudent, surtout à la vue de la tragédie qui a frappé la capitale du Liban.

Après un rapide inventaire, la cours des comptes a comptabilisé 850 000 tonnes de nitrate d’ammonium étaient entreposés sur tout l’Hexagone. Rappelons pour comparaison que ce sont 2000 tonnes de cette substance qui sont responsable de la déflagration de Beyrouth.

De nombreux facteurs peuvent rendre cette substance instable et dangereuse à co0mmencer par la chaleur qui peut influencer une réaction responsable de fortes déflagrations.

C’est pour cette raison que le gouvernement français vient de prendre la décision de transporter discrètement tous les stocks de nitrate d’ammonium repartis en France vers la Bretagne, une région moins atteinte par la vague de chaleur qui touche la France.

Et si par malheur et malgré les précautions précitées, une déflagration venait à frapper la Bretagne, on aurait Paris-plage toute l’année à l’Est de la capitale et il y aura deux tiers d’alcooliques de moins en France.