Alors que les équipes de sauveteurs du monde entier recherchent des survivants dans les décombres de la capitale libanaise, les enquêteurs cherchent les causes exactes de l’explosion.

La piste la plus partagée par les journaux du monde entier reste celle du nitrate d’ammonium, dont de grandes quantités auraient été stockées dans des entrepôts.

Mais une nouvelle théorie vient contredire la précédente. Selon certains enquêteurs, des traces de poudre de perlimpinpin auraient été identifiées à l’endroit de la déflagration.

Selon un groupe de gilet jaune administré par un administrateur basé à Moscou, tout ce drame ne serait qu’une manœuvre du président français, pour prendre le contrôle de la région et ultérieurement accélérer le grand remplacement en faisant rentrer des milliers de réfugiés libanais sur le territoire français. Ce qui explique la rapidité avec laquelle Mr. Macron s’est rendu sur place.

Pour compenser l’afflux massif de réfugiés, Le président et le préfet de Police Didier Lallement n’excluent pas d’envoyer des gilets jaunes et autres récalcitrants au Liban. Là bas au moins, ils auront du boulot.